Benfodil lance le cycle de lectures théâtrales

News et informations arabes - Firdaous.com

Cet été a été marqué en Algérie, par les lectures dites sauvages de l’écrivain et dramaturge Mustapha Benfodil. Le concept était simple : armé de ses textes, il sillonnait quelques villes d’Algérie pour lire des extraits dans des places publiques, des lieux abandonnés ou des sites touristiques, dans le but de réconcilier les algériens avec le théâtre et la rue.

Né en 1968 à Relizane, Mustapha Benfodil décide de faire des études de mathématiques mais les abandonne en 1994, pour s’inscrire en journalisme. En 2000, il publie son premier roman intitulé « Zarta » aux éditions Barzakh.

En 2004, il reçoit le prix du meilleur roman paru en Algérie pour son deuxième roman « les bavardages du seul », paru aux éditions Barzakh. S’ensuivit en 2007, « les bavardages du seul », qui remporte un franc succès chez les jeunes algériens.

En 2005, il prend part à un atelier d’écriture en Belgique, avec d’autres écrivains, ce qui lui permet d’écrire la pièce de théâtre « Clandestin polis », lue lors du festival d’Avignon en 2006.

Le 12 novembre 2008, il reçoit le prix international Omar Ourtilane de la liberté de la presse, récompensant ainsi ses articles dans le quotidien El Watan.

Le cycle de lectures théâtrales s’est ouvert le 15 juillet dernier, en plein festival panafricain, à l’espace de la Safex (foire d’Alger) où Mustapha Benfodil avait donné rendez-vous à tous ceux qui désiraient venir écouter ses textes. La majorité des personnes présentes étaient des jeunes, contents de pouvoir écouter des extraits d’une pièce de théâtre dans un lieu inadéquat.

Le13 août dernier, Mustapha Benfodil a décidé d’investir le site romain de Tipaza, pour sa lecture.

Celle-ci a malheureusement été interrompue par l’arrivée de trois policiers. L’auteur se fit purement et simplement embarqué. Révolté par cet incident, les auditeurs présents s’emparèrent d’un exemplaire du roman de Mustapha Benfodil, « archéologie du chaos amoureux », et firent une lecture à voix haute d’un extrait.

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*