Kamel Daoud, lauréat du prix Mohammed Dib

News et informations arabes - Firdaous.com

Le journaliste et romancier algérien Kamel Daoud a été désigné lauréat du Prix Mohammed Dib 2008. Cette désignation arrive après huit mois d’attente et plusieurs réunions du jury qui est composé de professionnels du livre, de critiques et d’éditeurs tant algériens qu’étrangers. Quatre finalistes avaient été annoncés la semaine passée mais après trois heures de délibération, c’est finalement le jeune auteur Kamel Daoud qui aura réussi à conquérir le jury.

Organisé chaque deux ans par la fondation Mohammed Dib à l’Université Abou Bekr Belkaïd de Tlmcen, ce prix s’inscrit dans sa troisième édition et a été l’occasion de grandes manifestations culturelles et d’une prestigieuse cérémonie. L’annonce du prix avait été annoncée en grande fanfare dans la presse nationale et sur divers site en mai 2007. Les règles permettaient la participation tant d’écrivains ayant déjà publiés que d’écrivains amateurs et ce, sans aucune limite d’âge. Le genre retenu pour cette présente édition était la nouvelle, et le recueil devait faire au minimum 100 pages. Le recueil qui a été primé est intitulé « L’arabe ou le vaste pays de l’Ô ». Il connaîtra une édition dès l’année prochaine et l’auteur a eu la joie de repartir avec un chèque d’un montant d’un million de dinars (10.000 euros).

Kamel Daoud est connu pour ses articles dans le Quotidien d’Oran (journal privé indépendant francophone), mais aussi pour ses romans comme La fable du Nain (2002) ou encore Ô Pharaon ( 2005). Son style très « déjanté » puisqu’il invente à chaque fois un monde un peu fou où la question centrale est ce qu’est l’arabe, flirte entre le fantastique et l’onirique.

Ce prix s’inscrit dans une volonté certaine de perpétue l’écriture en récompensant des écrivains, chose peu courante en Algérie. Il est néanmoins regrettable que le Prix ne dissocie pas « auteurs amateurs » d’ « auteurs confirmés » comme c’est le cas dans la plupart des concours de ce genre de par le monde. Un double-prix pourrait être une solution et un bon moyen de pousser les jeunes à écrire. Affaire à suivre.

One thought on “Kamel Daoud, lauréat du prix Mohammed Dib

  1. Pour permettre aux jeunes talents de la plume,de s’épanouire, il est souhaitable, voire indispensable,de les dessocier des écrivains professionnels. Mettre en relief deux prix littéraires, amateurs et professionnels. Merci

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*