La poésie arabe

Art et culture - Firdaous.com

De l’Arabie préislamique à Damas, de Bagdad aux confins de l’Andalousie, du Maghreb à la Palestine, d’hier à aujourd’hui, la poésie arabe a su sans cesse grandir, en s’enroulant dans les esprits et en utilisant la réalité pour créer de la musique et de la beauté. Méconnue du monde occidentale – en grande partie à cause des traductions qui demeurent incapables à refléter l’harmonie des vers -, elle demeure un art toujours sans cesse revisité et exploité.

Généralement, les historiens et critiques s’accordent pour partager en cinq les périodes relatives à la poésie: l’époque primitive, l’époque musulmane, le modernisme et le néo-classicisme (750-900), le provincialisme et l’ère contemporaine.

La Quasida est la forme dite la plus absolue et la plus parfaite de poésie arabe. Son origine semble débuter avec celle du poète Imru al-Qays (décédé v. 530). Ses poèmes qui ont été retrouvés permettent de connaître la vie et les moeurs d’alors. De la même époque (pré-islamique), on retiendra le recueil magnifique Muallaqat qui regroupe les poésies de trois grands noms arabes: al-Asha, Amr ibn Kulthum et Imru al-Qays. La légende veut que ses poèmes furent écrits sur des parchemins suspendus ensuite dans la grande mosquée de La Mecque.

La poésie arabe se distingue par son raffinement dans le choix des mots et la maîtrise de la langue, mais aussi dans sa compréhension qui la rend accessible à tous les lecteurs et ses métaphores qui frappent l’imagination. Les thèmes abordés aussi sont bien particuliers, on note une largesse d’esprit et une grande liberté de ton que ce soit sur les sujets d’amour, de désir ou de guerre. Elle nous parle des cieux, des gazelles, des femmes, de l’amour pur, des sentiments les plus forts que peuvent éprouver des peuples entier. La poésie arabe est une poésie forte, exposante de vérités et tremblante de sensations. Un peu à l’image de sa nation.

Beaucoup de poètes arabes sont aujourd’hui célèbres dans le monde entier pour leurs poèmes, parmi eux on peut citer: Saadi Youssf Chihab, Abbas Baydoun, Mouncef Al Ouhaibi, Mohamed Afifi Matar, Etel Adnan – Nazih Abou Afach, Abdellatif Lâabi et pas l’un des moindres : Mahmoud Darwich qui a dit cette phrase, aujourd’hui connue de tous: « Pour moi, la poésie est liée à la paix ».

46 thoughts on “La poésie arabe

  1. j’aime reciter des poemes en arabe; c’est ma langue première et j’y aime le rythme et l’emphase ( al moutannabi, chawki, nizar qabbani, darwish, etc..). c’est different du ravissement que je peut avoir en recitant des poèmes espagnols, français ou en langue anglaise (sheichal kabir, keats, verlaine etc).

  2. A Radia,
    Oui j’ai le poeme BANAT SOUAD, je peux te l’envoyer. Je ne suis pas sur que le poeme s’appelle Banat Souad. Par contre ces deux mot sont le début du poeme ecrit par Kaab Ibnou Zoheir, dont le premier vers est:
    "banat souadou fa qalbi al youma matboulou … Moutayamoun ithraha lam youdj’za makboulou"

    mon mail: bnass@lycos.com

  3. ahine 3ala 3aynine satoughmadh
    wada9ati 9albine satou9af
    wadam3ati 3aynine sato3radh
    walazalati l’9odsou
    amama a3younina tonzaf
    ahine 3alayki ya ommata mohammad
    ahine 3ala dhaka tarikhi wa dhaka l’majd
    ahine 3ala zamanine walla wa madha
    konna nahnou fihi a3azzou wa amjad

    voilà kelekes mots qui m’ont traversé le coeur avant de pouvoir les aligner sur cette page …. j’espère avoir votre avis ///

  4. Bonjour tout le monde, est ce que quelqu’un aurait l’amabilité de bien vouloir me traduire de vers d’un poéme de amr ibn kaltoum:

    "ala la yajhalana a7adoun 3alayna
    fanajhala faw9a jahli ljahilina"

    Merci beaucoup

  5. grande admiratrice, je ne m’y connais pas trop, mais j’adorre, je voudrai bien apprendre parcontre toute seule je n’y arrive pas :( je voudrai bien un coup de main qaund a vos commentaires je les trouvent sublimes et merveilleux vous me donnez encor plus envis je me languis rien qu’a l’idée … fatalitee_lili@hotmail.com

  6. A Kenza
    A mon avis, bien que je ne sois pas un spécialiste de la poésie arabe, le plus beau poème qu’on puisse offrir à son professeur est le poème de Ahmed Chawki intitulé tout simplement: "Al Mou3alimou". Ce poème fait l’éloge du maître d’une façon merveilleuse (cf. Kaada al mou3alimou ane yakouna rassoula, oubien, Akhrajta haadha al 3aqla min tholumaatihi, wa hadaytahou annura al mubina sabiila. Eh oui, rien que ça; J’ai ce poème, comment faire pour te l’envoyer?

  7. Ce site est superbe. est-il possible de trouver des CD ou telecharger en MP3 la lecture de ces merveilleux poèmes (ou un site web avec lecture). J’arrive à lire l’arabe mais je n’arrive pas à lire les poèmes (Rythmique, musicalité etc). Si quelqu’un pouvait m’aider ce serait merveilleux. Je garde un souvenir fantastique des cours de poèsie tel que Al armala al mordhi3a, Ta3aboun koulouha al hayat, Banat souad … Je vis à Paris, est-ce qu’on peut trouver ce type de produits ici. Merci

  8. Tommy, je n’ai pas de site mais je peux , par celui-ci te donner les quelques poêmes que j’ai moi-même recopié d’ un livret que je ne possède plus.

    Majnûm: Poête du 7eme siècle , mort d’amour pour Leïla.

    Un jour que Majnûm se lamentait sur son amour, quelqu’un vint lui dire :
    "Majnûm, cesse tes lamentations, car Leïla vient te voir. Elle est là devant ta porte."
    Majnûm releva aussitôt la tête.
    "Dis-lui de passer son chemin car Leïla m’empêcherait un instant de penser à l’amour de Leïla."

    El Aghani.

    Cet homme était amoureux de l’amour mais apparemment pas de la femme qui lui inspirait cet amour.Le rêve était plus fort que la réalité.

    __________________________

    De Ibn Hazm. Ecrivain Andalou (10e /11e siècle)

    Le collier de la colombe.

    Quelqu’un m’a demandé mon âge, après avoir vu la vieillesse grisonner sur mes tempes et les boucles de mon front.
    Je lui ai répondu : "Une heure, car en vérité je ne compte pour rien le temps que j’ai par ailleurs vécu."
    Il m’a dit : "Que dites-vous là? Expliquez-vous? Voilà bien la chose la plus émouvante!
    Je dis alors: "Un jour pas surprise, j’ai donné un baiser , un baiser furtif, à celle qui tient mon coeur. Si nombreux que doivent être mes jours, je ne compterai que ce court instant , car il a été toute ma vie."

    Là aussi le rêve dépasse la réalité. Ceci montre aussi que les sentiments sont exacerbés lorsqu’il n’y a pas d’accomplissement heureux.

  9. j’aime autant la poesie arabe, mais mon probleme que je suis an tarain de chercher des site en arab qui les publie main en vain. si vous pouvez m’aider je serai reconnaissant.

  10. Permettez-moi encore cette poésie de IBN ARABI, poète mystique Andalou. (1165-1240)

    L’AMANT

    Un amoureux fou vint frapper à la porte de sa bien-aimée.
    Elle demande derrière la porte : "Qui est là?"
    Il répondit : "C’est moi!"
    Elle dit: "Il n’y-a pas de place pour toi et moi dans la maison.
    Alors il s’en alla méditer dans le désert et des années plus tard, il revint frapper à sa porte.
    La voix de sa bien-aimée demanda : "Qui est là?"
    Il répondit : "C’est toi-même !"
    Et la porte s’ouvrit.

    Ce poême me fait penser aux paroles de Nisa dans le livre des Ephésiens 5: 28 à 32 : " C’est de cette façon que les maris doivent aimer leur femme, comme leur propre corps. Celui qui aime sa femme s’aime lui-même, car personne n’a jamais haï sa propre chair ; mais il la nourrit et l’entoure de soins. C’est pourquoi l’homme quittera son père et sa mère et il s’attachera à la femme , et les deux deviendront une seule chair."

    La femme de ce poème ne voulait pas vivre en "parallèle" avec son mari, elle voulait tout partager avec lui dans la fusion de chaque instant dans l’amour et le respect.

  11. Paroles d’islam. page 17 . Conte Soufi.

    MILLE ET UN JOUR.

    Un jour, un novice se présenta pour recevoir l’enseignement d’un Maître Soufi.
    "Il te faut d’abord trouver la réponse à une question, lui dit l’un des disciples. Si tu y parviens, le Maître t’acceptera comme élève dans trois ans."
    La question lui fut posée et l’élève s’acharna jusqu’à ce qu’il eut trouvé la réponse.
    Le disciple du Maître porta la réponse au Soufi et revint avec ce message : "Ta réponse est correcte. Tu peut en aller et attendre que mille et un jour soient écoulés, ensuite, tu pourras revenir ici pour recevoir l’enseignement."
    Le novice était ravi.
    Après avoir remercier le messager, il lui demanda :"Et que serait-il arrivé si je n’avais pas su fournir la bonne réponse?"
    "- Oh, dans ce cas, tu aurais été admis immédiatement."

    Cela nous fait réfléchir, n’est-ce pas?

  12. bonjour je m’appelle redha j’ai 16 ans et je suis algerien , je fais de la poésie arabe et voici mon blog ou il ya ma propre poésie : chi3rblog.skyrock.com . merci bye. lachez vos commentaires .

  13. Il est honorifique que votre jugement personnel à l’égard de la composition poétique, typiquement arabique, soit strictement mélioratif et fièrement caudataire.
    Il n’est pas nécessaire de mentionner son importance dans l’évolution permanente de notre patrimoine littéraire, et le délayage continu de notre répertoire lexical, étant donné qu’une simple lecture pourrait provoquer une certaine impression d’émerveillement extrême, liée essentiellement à un débordement langagier rocambolesque, par le biais d’un esthétisme méthodique, au niveau de la constitution métrique, et une inspiration joliment mise en mot …
    J’aurais espéré m’exprimer davantage sur votre présentation textuelle, nonobstant, je n’ai pu être de passage sans qu’un commentaire vous soit parvenu de ma part.
    Voici l’adresse de mon blog : romantisme.centerblog.net…

  14. je viens du maroc,je viens de l’orient,je viens de partous ,mais je reste amoureuse de la poesie arabe car c’est une poesie liée a l’amour et lapaix.

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*