Crise humanitaire en vue à Ghaza

Forum dédié au Liban.
locmani
Messages : 57
Enregistré le : ven. oct. 26, 2007 12:18 am

Crise humanitaire en vue à Ghaza

Messagepar locmani » mar. nov. 06, 2007 10:26 pm

Salam alecom

Pendant que sarkozy acceuil son homologue israelien à l'Elisée pour parler du nucléaire, non pas l'israelien... l'iranien bien entendu : je souhaite que la conférence d’Annapolis soit l’occasion, « dès lors que la sécurité de l’État d’Israël était assurée », de « faire preuve de créativité » et d’« essayer de faire des gestes » sur le chemin de la paix, selon David Martinon, porte-parole de la présidence, sans autre précision.

Israël a commencé à imposer des sanctions économiques contre la bande de Gaza, en réduisant l’approvisionnement en carburant. Le fuel est destiné à l’alimentation de la seule centrale électrique en activité dans le territoire palestinien. Une sanction qui fait suite à la décision du gouvernement israélien de considérer le territoire comme « entité hostile ». Le Hamas affirme que ces nouvelles sanctions sont un « crime de guerre », une violation du droit international.La limitation mise à l’approvisionnement en électricité et en fuel touchera avant tout aux appareils médicaux, à la réfrigération des aliments, à l’éclairage des salles d’opération et à d’autres systèmes vitaux.

La décision du gouvernement israélien de réduire l’approvisionnement en électricité et en fuel touchera également à l’approvisionnement en eau, du fait qu’à Gaza, les stations de pompage fonctionnent à l’électricité tout comme les installations d’épuration dans la Bande de Gaza. Cependant, même en la matière, ce ne sera pas nouveau : Israël porte déjà concrètement atteinte aux infrastructures de distribution d’eau à Gaza où se prépare une grave crise de l’eau dont les conséquences pourraient conduire à une catastrophe humanitaire et environnementale dans la Bande de Gaza

L’armée israélienne ordonne la confiscation de terres palestiniennes en Cisjordanie Un porte-parole de l’armée israélienne a précisé qu’il fallait une nouvelle route pour relier Bethléem et la Judée avec Jericho et la vallée du Jourdain afin “d’améliorer la qualité de vie des Palestiniens”........ mais cela va “faciliter le large plan d’annexion connu sous le nom de E-1, destiné à réunir la colonie de Maalé Adumim avec Jérusalem et à couper la Cisjordanie en deux”, selon Adam Keller.

Plusieurs dizaines patients de la Bande de Gaza ne peuvent se faire soigner et risquent leur vie s’ils ne sont pas opérés urgemment, car les frontières avec Israël et l’Egypte sont toujours fermées, ont révélé des autorités sanitaires et plusieurs organisations humanitaires internationales.

D'autre part Barak avait précisé qu'une attaque de grande envergure est en préparation ...

Un nouveau carnage avec des centaines de morts comme en 2006 ?
locmani
Messages : 57
Enregistré le : ven. oct. 26, 2007 12:18 am

Messagepar locmani » jeu. nov. 08, 2007 2:10 am

95% des industries et entreprises fermées dans la bande de Gaza
Ecrit par AFP / L'Expansion
02.11.07

Selon la Fédération des industriels palestiniens, 95% des sociétés sont fermés à Gaza. “Nous traversons la crise économique la plus sévère jamais vécue”, affirme Amr Hamad, président de la Fédération des industriels Palestiniens. “Le secteur industriel compte 3.900 entreprises et 35.000 employés. On peut dire que plus de 30.000 personnes sont actuellement au chômage et 95 % des sociétés sont fermées”, ajoute-t-il.

L’ensemble du secteur privé de la bande de Gaza, en particulier le secteur industriel, épine dorsale de l’économie, est saigné à blanc.
locmani
Messages : 57
Enregistré le : ven. oct. 26, 2007 12:18 am

Messagepar locmani » dim. nov. 11, 2007 12:20 am

La production industrielle de Gaza a chuté de 90% et sa production agricole a été réduite à la moitié de celle d’avant 2007. De plus, presque toutes les constructions ont été arrêtées, le chômage a atteint quasiment 80% et le niveau de pauvreté est choquant selon les données de la Banque Mondiale qui indiquent que 80% des Palestiniens vivent avec moins de $2,40 par jour (soit environ 1,68€).
22% des enfants Palestiniens souffrent déjà de malnutrition à cause du manque d’accès à la nourriture. (Source : Commission Européenne)
Le chef de l’Agence Suisse pour le Développement et la Coopération (SDC) Walter Fust a également fait part de son inquiétude après sa récente visite à Gaza. Il a qualifié les conditions « d’intenables » et de « choquantes » avec 30% des enfants (d’après son estimation) souffrants de malnutrition et des hôpitaux et centres de soins dans un état précaire.

Après avoir déclaré Gaza « entité hostile » le 19 septembre, c’est ce qui est en jeu aujourd’hui à moins qu’Israël n’inverse la machine et reconsidère également d’autres mesures de punition collective. À l’heure actuelle, son autorité ne permet l’entrée sur le territoire que pour 9 matières essentielles. Ceci a touché les marchés de plein fouet, et ils sont à court d’un grand nombre de produits ce qui a causé une flambée des prix, jusqu’à 500% dans certains cas. Les marchandises interdites incluent certains médicaments, des meubles, des appareils électriques, les bovins et les cigarettes alors que d’autres sont restreintes, comme les fruits, le lait et d’autres produits laitiers.

Les représentants israéliens ont par ailleurs décidé de punir Gaza en réduisant :
- L’essence en plus de l’électricité d’Israël vers Gaza ;
- Le passage des marchandises et des personnes aux postes frontières déjà sévèrement restreints ; et
- Les visites aux prisonniers, au-delà de ce qu’elles le sont déjà.

La Convention de Genève dit :
Article 54, dit : « Affamer les civiles comme méthode de guerre est interdite », ainsi que : « l’attaque, le retrait ou la destruction d’objets indispensables à la survie de la population civile tels que nourriture, zones agricoles (pour la culture de celle-ci), récoltes, élevages, installations d’eau potable et les fournitures s’y rapportant ainsi que les systèmes d’irrigation... »
L’article 55 oblige également la force d’occupation à assurer « la nourriture et les services de santé à la population. »

Une attaque majeure de Tsahal est peut-être imminente alors qu’Israël continue d’attaquer quotidiennement les civils à Gaza et en Cisjordanie. Le centre Palestinien pour les droits de l’homme indique que pendant la dernière semaine d’octobre, 15 Palestiniens ont été tués, 29 autres blessés et 78 ont été arrêtés. De plus, pendant cette période de sept jours, les forces de Tsahal ont effectué 49 incursions hostiles dans les Territoires, et maintiennent depuis 16 mois un siège dévastateur à l’encontre de la population.

La saisie des terres a été ininterrompue depuis les accords d’Oslo en 1993. Depuis 14 ans, Israël a exproprié une zone de la taille de Washington pour des colonies exclusivement juives, sachant pertinemment qu’aucun des participants au processus de paix ne s’y opposera. La situation a atteint de tels extrêmités que le célèbre historien israélien Ilan Pappe pense que les colonies, les bases militaires, les routes et le mur de séparation permettront à Israël d’annexer quasiment la moitié de la Cisjordanie d’ici à 2010 et dépossèderont les Palestiniens qui y résident actuellement.

L’Union Européenne est restée silencieuse à ce sujet et sur la loi répressive d’Israël, les expropriations, les incursions quotidiennes et les attaques régulières ainsi que les tueries dans les Territoires. Elle est restée indifférente à la violence interne dans les rues de Gaza le printemps dernier et a fourni un soutien stratégique aux anti-Hamas du Fatah armés par les américains et les israéliens (Protective Security Force), escadrons de la mort paramilitaires conduits par le chef de guerre Mohammed Dahlan. Elle a aussi ignoré le cessé le feu unilatéral du Hamas datant de plusieurs mois, son arrêt des attentats-suicide, son appel à la paix et sa volonté de reconnaître l’état juif si Israël accepte de reconnaître l’état palestinien.
locmani
Messages : 57
Enregistré le : ven. oct. 26, 2007 12:18 am

Messagepar locmani » ven. nov. 23, 2007 5:16 pm

Le Hamas affirme que Fayyad demande à l'occupation de fermer les organisations de bienfaisance
28/10/2007 - 09:31
Naplouse – CPI


Le mouvement de la résistance islamique (Hamas) a affirmé que les dernières opérations d'incursions et d'agressions contre les organisations islamiques et de bienfaisance en Cisjordanie viennent dans le cadre d'une coordination sécuritaire entre l'occupation et les services de sécurité du président de l'autorité palestinienne, Mahmoud Abbas.

Ces affirmations sont venues après l'envahissement des forces occupantes, la nuit dernière, au siège de l'organisation de bienfaisance "AlTadhamoun" à Naplouse qui ont confisqué tous ses contenus, ainsi que l'association de Jidhour qui a été fermée.
Le mouvement a dit dans un communiqué dont le Centre palestinien d'information a reçu une copie que les agressions et la fermeture de l'occupation à ces deux organisations affirment que le gouvernement de Fayyad n'a pas pu ces associations et pour cela il a demandé aux forces occupantes de les démolir.
Le Hamas a ajouté : " notre peuple comprend toutes choses, en conséquence il va démasquer les complots et plans de Dayton de l'envoyé américain sécuritaire qui dirige l'autorité palestinienne à Ramallah.
locmani
Messages : 57
Enregistré le : ven. oct. 26, 2007 12:18 am

Messagepar locmani » ven. nov. 23, 2007 5:17 pm

Une patiente meure à Gaza en raison du manque des services de soins de santé
Gaza, le 22 novembre 2007, WAFA- Des sources médicales à Gaza ont annoncé, jeudi, que une patiente avait trouvé la mort à l'hôpital, en attendant l' autorisation d'Israël pour y se faire soigner.

Mme Layla Salama Uleiwa a souffert du cancer il y a trois ans. Elle a nécessité un traitement médical avancé, mais les autorités israéliennes ont refusé sa demande pour se rendre en Israël pour se soigner. En effet, les services fournis par le sécateur de la santé dans la Bande de Gaza ont été affectés par le siège israélien.

Le point de passage de Rafah à la frontière avec l’Egypte, unique point qui relie Gaza au monde extérieur est fermé depuis le 9 juin par Israël. Les patients qui doivent se rendre en Egypte pour y suivre un traitement, ou qui doivent y transiter pour se faire soigner dans d’autres pays, tentent actuellement de passer par Israël mais les forces d'occupation refusent de leur accorder l'autorisation nécessaire.
locmani
Messages : 57
Enregistré le : ven. oct. 26, 2007 12:18 am

Messagepar locmani » ven. nov. 23, 2007 5:19 pm

Ban Ki-moon reste préoccupé par la situation humanitaire à Gaza

NEW YORK, le 22 novembre 2007, WAFA- Le Secrétaire général Ban Ki-moon s'est déclaré hier préoccupé par la situation humanitaire à Gaza.
Il a annoncé devant l'Assemblée générale sa prochaine participation au sommet d'Annapolis sur le Moyen-Orient, convoqué à l'initiative des Etats-Unis.

« La semaine prochaine, je participerai à la conférence sur le Moyen-Orient à Annapolis (Etats-Unis). J'espère que cette réunion fournira un élan pour des négociations sur le statut final ».

« En attendant, je reste particulièrement préoccupé par la situation humanitaire à Gaza », a dit le Secrétaire général.

Il est prévu que Ban Ki-moon participera à une réunion du Quartet à Washington, lundi prochain.
Modifier/Supprimer le message
locmani
Messages : 57
Enregistré le : ven. oct. 26, 2007 12:18 am

Messagepar locmani » dim. nov. 25, 2007 10:09 am

salam alecom

Jabalia – CPI

Un Palestinien souffrant d’une défaillance au rein a perdu la vie aujourd’hui, le vendredi 23 novembre 2007. C’est le manque de médicaments causé par le blocus israélien imposé sur la bande de Gaza qui a achevé ce malade. En ce mois de novembre seulement, le blocus a tué dix-sept personnes dans la Bande.

Des sources médicales ont informé notre Centre Palestinien d’Information (CPI), ce matin, de la mort du citoyen Jamil Attia Hamad, 49 ans, marié et père de sept enfants.

Rami Abda, porte-parole du Comité populaire pour faire face au blocus, a sonné l’alarme devant l’importance du nombre de malades de reins qui perdront la vie à cause du manque d’équipements médicaux dans la bande de Gaza à cause de l’état de siège. De plus, l’occupation israélienne interdit l’arrivée de toute pièce de rechange.

Des milliers d’habitants de la Bande ont participé au cortège de ce nouveau martyr de la politique inhumaine israélienne pratiquée contre le peuple palestinien.
locmani
Messages : 57
Enregistré le : ven. oct. 26, 2007 12:18 am

Messagepar locmani » ven. déc. 07, 2007 6:50 pm

salam alecom

On attend un mot fort de la part des Egyptiens et des Arabes
[ 05/12/2007 - 00:04 ]
Dr. Hassan Abou Hachich

Les habitants de la bande de Gaza vivent des jours de plus en plus difficiles. De jour en jour, les formes du siège imposé sur eux varient et se multiplient. Gaza est le sujet de plus d’isolement, de plus de sanctions, de plus de pressions. Les points de passage sont fermés. L’import-export des produits élémentaires et alimentaires est interdit. Il n’y entre qu’un minimum de nourriture, comme celle donnée quotidiennement aux captifs. Les malades, femmes, personnes âgées, enfants laissent leur vie sur les barbelés du siège et de la fermeture sans fin. L’industrie est au point mort. Les hôpitaux sont menacés. Les réserves des médicaments sont sur le point de s’épuiser. De l’air, l’aviation tue. De la mer, la marine bombarde. De la terre, les tanks jettent leur feu, sans répit. Les gens tombent en martyre. Les blessés sont nombreux…

Tout cela est accompagné par un autre siège, politique cette fois, considérant la bande de Gaza comme étant une entité ennemie de l’Etat de l’occupation. La bande de Gaza a été mise de côté dans l’application du plan international destiné à développer la Palestine. Les leaders de l’occupation israélienne vont jusqu’à dire que les résultats de la conférence ne concernent que la Cisjordanie et la bande de Gaza doit attendre la destruction, l’anéantissement…

Tout cela est aussi accompagné par l’arrêt du paiement des salaires, des milliers de fonctionnaires sont exclus du budget 2008 par le cabinet de Fayyad. Les salaires sont désormais utilisés pour pratiquer des chantages, pour que le désordre retourne à la Bande.

Hier à peine, le tribunal de l’occupation israélienne à approuver la réduction du carburant entrant à Gaza jusqu’à 75% du réel besoin. L’électricité a eu le même traitement durant les deux dernières semaines…

L’escalade et la complication du blocus imposé sur un million et demi de Palestiniens ne représentent qu’un crime historique, humanitaire, national, religieux, juridique. C’est un meurtre commis à l’encontre d’un peuple arabe et musulman, à l’encontre des humains, sous le regard conciliant des leaders de l’autorité de Ramallah, des leaders arabes et des leaders internationaux. Le silence social arabe est une sorte d’approbation. Il pourra être un signe de handicap. Mais un handicapé qui ne peut rien faire pourrait au moins parler, exprimer une position dans le pires des cas.

En admettant que l’autorité palestinienne ne possède pas une souveraineté complète, les pays arabes, eux, en ont une. Leur parole a du poids dans la région. La logique veut que plus la pression est forte, plus l’explosion sera forte. Plus la pression et la conspiration sont fortes, plus les réactions seront inattendues et condamnées, si elles viennent hors contexte. Une lecture sérieuse des frontières de la bande de Gaza montre qu’elles sont contrôlées par l’occupation aussi bien par l’ouest et l’est que par le nord. Celles du sud, avec l’Egypte, sont les plus faibles, mais elles restent une ouverture à partir de laquelle la Bande pourrait respirer un peu.

Est-il acceptable que toute la bande de Gaza reste sans carburant, sans industrie, sans import-export, sans électricité, sans gaz de cuisine, sans nourriture admissible, sans médicaments, sans moyens de soin, sans salaires, entre autres ?!

Est-il logique que les étudiants, les malades, les travailleurs à l’étrangers, entre autres, restent coincés dans la bande de Gaza…

Nous espérons que le gouvernement égyptien, soutenu par la Ligue Arabe, fournisse à la Bande ses besoins en électricité, en gaz… On peut profiter du blocus pour attacher la Bande à l’Egypte au lieu de l’occupant…

Ô l’Egypte, est-il logique que nous soyons privés de farine, de médicament, d’électricité et d’autres choses encore ? La bande de Gaza peut être un marché de consommation pour les produits du département égyptien du nord du Sinaï…

Nous attendons que l’Egypte arabo-islamique prenne une décision décisive mettant fin au siège…L’Histoire prendra en compte une telle position positive.

Article écrit par Dr. Hassan Abou Hachich, vice ministre de l’information
Traduit et résumé par le CPI

Retourner vers « Forum du Liban »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 3 invités