Nass el Ghiwane " Ghir Khoudouni

Pour parler de musique, films, littérature etc.
socrate
Messages : 5163
Enregistré le : lun. mai 12, 2008 10:31 am

Nass el Ghiwane " Ghir Khoudouni

Messagepar socrate » sam. mai 22, 2010 4:37 am

السلام عليكم ورحمة الله وبركاته

ناس الغيوان
Ghir Khoudouni(emmenez- moi) Taille du fichier 10.8 Mo

paroles en arabe et en français.




يا ذا الرِّيْم منها مَوْلـُـوعْ مَرْحَبْتِي به إلى جَانِـــــي

ولا زلت منها ملســــوع ولو عل لَحْبَل مَشَّانـِــــي

أدَنْ أدَنْ أدَنْ

غيرْ خُودُونِي . . . لله غير خودونـــــــي

روحي نْهِيبْ لَفـْدَاكم غير خدونـــــــــي

مَعْدُوم وُلـْفـِــي . . . لله دلونــــــــــــي

ما صابر عل اللي مشاو . . . أنا ما صابر

صفايح ف يدين حداد أنا ما صابـــــــــــر

قلبي جا بين يدين حــداد حداد ما يْحنْ ما يشفق عليه

ينزل ضربة عل الضربة وإلى برد زاد النار عليــــــه

سيل سيل يا الدم المغدور

تراب الأرض محال ينســـــاك

وحوش الغابة ترهبات منـــك

السم ف الصحاري جافل منك

دم المغدور ما نْسْلّمْ فيــــــــه

حق الظلوم أنا مـــا نــــدوزه

يا طاعني من خلفي . . . موت وحدة هي

غير خودوني . . . لله غير خودونــــــي

الله بـــابـــا جاونـــــــي علاش أنا ضْحْيّة للصمــت

واش جرى ليه جاوبني مال سفبنتك ما وصلــــــت

بابا شكون كَدَّرْ صْفـَـاكْ بابا مول السيف المسلوب


بابا فين جحا والغــــول بابا عـْيـَّــانــــا لَحْجــِـــــي

بابا يسير منين يجــــي بابا وُحـَـــــجْ المقــــــدس

بابا مشتاق نشوفــــــه بابا نـــــداه ف الكبـــــادي

بابا ونوره ساطـــــع الله بـــــابــــا جاوبنـــــــي

حمودة وابابا حمـودة

والله بابا حمــــــــودة

هَدِيكْ خَايْتِي وُخِّيْتـِــي وُهَدِيكْ خَايْتِي مظلومـــــة

هديك رسامي مهجورة وهديك خيمتي مهدومـــة

لله يا هلي اهل الحــال الشدة تزول ولا محــــــال

هديك أرضي وبــلادي وباش من حق تبـــــعادي

هيــــة والهمـــاميـــة

ميموني ما يموت

المحبة ما تموت

الخير ما يموت

العدل ما يموت

السلام ما يموت

والله والله وابابا


ô épris de cette grande beauté
de cette gazelle blanche,moi je suis passionné
bienvenue à elle si elle vient me voir
j'en pince toujours pour elle
même si de toutes les couleurs
avec elle j'en ai vu


elle appelle..elle appelle
ceci est un appel
ceci est un cri

emportez -moi au nom de dieu prenez-moi!
je vous offre mon âme en sacrifice

mais,emportez-moi!
je ne peux me résigner
à l'absence de ceux qui sont partis
oui,je ne peux me résigner!
mon fer est aux mains d'un forgeron ,
je ne peux me résigner!
prenez moi donc,au nom de dieu
emmenez-moi !


mon coeur est entre les mains d'un forgeron,
ce forgeron ne languit pas pour lui!
ce forgeron n'a aucune pitié pour lui ,
il lui assène coup aprés coup,
et s'il refroidit ,
il attise le feu dessus
emportez-moi..emportez- moi
au nom de dieu,emmenez-moi donc!


ô sang trahi ,coule..coule ,ô sang trahi
la terre se souviendra
impossible qu'elle t'oublie
ô sang trahi
coule..coule,ô sang trahi,coule..coule
dans la forêt,les bêtes te redoutent
coule..coule !
les venimeux des déserts,à ta vue,sursautent
coule ..coule..
ô sang trahi ,coule..coule!..
à ton sang trahi
je ne renoncerai jamais
aux droits des spoliés
je n'abdiquerai jamais
toi qui me poignardes dans le dos,
il n'est qu'une mort,
vas-y emporte-moi!


au nom de dieu, père, réponds moi!
pourquoi suis je sacrifié au silence?
que m'est il donc arrivé ,dis moi!
pourquoi ton navire n'a pas ancré?


père,qui a troublé ta quiétude?
celui dont on a raflé l'épée!
père,où sont Joha et l'Ogre ?
père,des contes..on en assez,
père,que ça retourne d'où c'est venu!


pére,j'ai le mal du lieu saint..
père,j'ai envie de le voir..


père,comme sa lumière luit !.
père,en moi est son appel ..
ô père,réponds-moi!..

ô nom de dieu père réponds moi!
pourquoi suis je voué au silence?
que m'est il arrivé,réponds moi!
Hammouda ,ô père Hammouda
par dieu ô père Hammouda ..


là bas c'est ma soeur opprimée
là c'est ma tente desertée
ô amis,gens de la transe
à quand la délivrance
ceci est ma terre, mon pays
de quel droit m'en priver ?
mon étoile à jamais brillera
ô mes bien-aimés
l'amour à jamais vivra
mon étoile ne mourra pas
l'amour ne mourra pas
le bien ne mourra pas
la justice ne mourra pas
la paix ne mourra pas
par allah ,par allah
ô père Hammouda



POUR EN SAVOIR PLUS SUR CE GROUPE, JE VOUS INVITE A LIRE LA SUITE.
(bonne écoute et bonne lecture)


Nass El Ghiwane est un groupe musical mythique de cinq marocains, qui a été fondé dans les années 70 à Casablanca entre Omar Sayed, Larbi Batma, Boujmaa, Alal Yaala et Aziz Tahiri (remplacé plus tard par Abderrahman Paca).

Avant de créer leur propre groupe, les membres du groupe Nass el Ghiwane étaient des comédiens dans la troupe de théâtre de Tayeb Essediki.


Ensemble ils produisent un nouveau courant musical, affectionnant l'art du jazal (poésie en arabe dialectal) sur le thème de la misère morale et matérielle. Ils composent une musiques sur base sur des paroles puisées dans le patrimoine oral marocain. Leur renommée devient vite incontournable car le groupe a su adapter une créativité au contexte socio-politique qui l’a vu naître, et ainsi offrir à la jeunesse marocaine, l'expression d'une nouvelle voix en arabe dialectal.



La pratique des ghiwane est une coutume ancestrale qui conférait à des gens connus pour leur probité et leur modestie la faculté de décrire par le chant et la parole la vie quotidienne, les problèmes et entraves de leurs semblables. Ces troubadours, transmettaient leur savoir oralement par l'entremise de la poésie, du chant et du jeu théâtral.





Grâce à leurs paroles engagées tout en respectant les traditions musicales traditionnelles et poétiques Nass El Ghiwane décrit les malaises de la jeunesse marocaine en diffusant des rythmes puissants, joués à l'aide d'instruments de musique traditionnels.


Leurs textes sont frondeurs, et expriment une révolte contre les maux de la société. Cette formation a relancé la poésie, aux proverbes et dictons populaires, à travers leurs chants. Ils ont révolutionné la musique marocaine et maghrébine en laissant une marque indélébile dans le paysage culturel du pays.

Image

A l'apogée de la contestation estudiantine, l'enfance et l' adolescence mouvementées de Laarbi Batma ont développé chez lui une sensibilité rare, qui s′est vite transformée en colère contre l′injustice sous toutes ses formes. Il fait l′expérience douloureuse de la rue, où la délinquance et la violence sont monnaie courante. Très jeune, il prit conscience de la justesse de sa voix.




Pour que le message passe mieux, le groupe incorpore des rythmes empruntés à la musique populaire des Gnawa, aux Hamadcha, aux Aïssawa ou aux Berbères de l'Atlas, le tout joué sur des instruments acoustiques traditionnels (bendir, guembri, banjo...).

Parmi les thèmes de nombreux couplets de chansons populaires marocaines de l'époque de Houcine Slaoui font directement référence à l'époque de “Aâm l'boun”.


Certains textes de la poésie marocaine racontent comment les tribus de Smâala et de Bni Khirane, dans la région des Doukkala, se débrouillaient pour fabriquer leur propre détergent. D'autres passages expriment la rareté et le prix excessif des textiles. Nass El Ghiwane, évoque dans l'une de leurs chansons, “Aâm ajjouaâ” (littéralement, l'année de la faim), cet épisode est parfois décrit comme “Aâm lalimane (l'année de l'Allemagne)”, évoquant les morts enterrés à la hâte sans linceul, les mariées qui n'ont rien à porter et les réquisitions abusives de cheptel.




Malgré les années, ceux que Martin Scorsese a appelé "Les Rolling Stones de l'Afrique" restent très largement connus au Maroc et ailleurs, mais désormais sans Laarbi Batma, décédé d'un cancer des poumons en 1998.




"Transe" (Al-Hal) d'Ahmed Maanouni, réalisé en 1981 raconte justement, sur un ton libre et joyeux, l'histoire de la formation musicale Nass El-Ghiwane. Ce film culte, retenu dans Cannes Classics à la 60ème édition du Festival de Cannes, offre au spectateur de véritables perles de nostalgie[1].




Par son approche insolite, cette formation s'inscrivait dans un mouvement de réaction contre la chanson âsriya qui languissait dans d'interminables complaintes d'amour et ennuyait par son caractère relativement figé ; et s'attache à créer un ton en parfaite osmose avec les nouveaux textes.



Leur dernier album Nahla Chama est édité au début de l’année 2007 dans lesquel ils viennent à nouveau alimenter la discographie marocaine d'un titre qui est un poème Malhoun de trois cent vers écrit au XIXe siècle par Thami El Medeghri (auteur du célèbre Qahoua ou lateye) et découvert dans les années 30 par feu Mohamed El Fassi.


En 2008, ils ont été nominés par les BBC radio 3 Awards for world music dans la catégorie Moyen Orient Afrique du Nord.





Nass el Ghiwane s'est produit sur scène le 5 novembre 2008 à Bruxelles lors d'un concert gratuit organisé par le Parlement européen en coopération avec la commune d'Ixelles.

Salam :D
Celiia34
Messages : 89
Enregistré le : mar. mars 09, 2010 5:13 pm

Messagepar Celiia34 » sam. mai 22, 2010 5:14 pm

Salam Socrate,

Je pense que cette chanson a été utilisée dans des séries qui passés sur 2M ou qui passe encore , je ne sais pas.

En tout cas elle me dit bien quelque chose :D

Salam
socrate
Messages : 5163
Enregistré le : lun. mai 12, 2008 10:31 am

Messagepar socrate » sam. mai 22, 2010 6:11 pm

Celiia34 a écrit :Salam Socrate,

Je pense que cette chanson a été utilisée dans des séries qui passés sur 2M ou qui passe encore , je ne sais pas.

En tout cas elle me dit bien quelque chose :D

Salam


Salam célia,

Ah!! ça je sais pas mais je les adore. Ils sont fabuleux!

Retourner vers « Musique, cinéma et autres arts »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité