Le jeune de Achoura

Islam - Firdaous.com

Le dixième jour de muharram ou Achoura représente un événement culturel, une tradition prophétique et marque l’attache entre deux religions ; le Judaïsme et l’Islam. Le mot achoura est dérivé du mot (achara) qui veut dire dix (le dixième jour de muharram) qui est célébré et vécue différemment entre les communautés : si pour les juifs, il représente le jour de la délivrance de Moise. Pour les musulmans sunnites elle est une journée de gaité, quant aux « musulmans chiites » c’est un jour du deuil qui commémore le jour du décès de Hussein, petit-fils du Prophète Mohammed et fils de Ali Ibn Abi Taleb.

Pour connaitre l’histoire de Achoura, on doit remonter à l’an 622, exactement à l’arrivée du prophète Mohammad (saw) à Médine où a trouvé que les juifs fêtait « Yom Kippour » (le jour du grand pardon) en jeûnant afin que Dieu leur pardonne tous leurs pêchés, alors il a demandé à ses compagnons de jeuner le jour d’achoura mais une année après il leur a recommandé de jeûner deux jours y compris Achoura pour se différencier des Juifs. Aujourd’hui ce jeûne est souhaité et non obligatoire se référant à un hadith de Sahih El Boukhari et de Mouslim qui rapportait ce qui suit: « aujourd’hui est le jour de achoura, Allah n’a pas fait un devoir pour vous de le jeûner ; que celui qui le veut jeûne et que celui qui ne le veut pas, ne jeûne pas ». Si le monde musulman observe le jeûne, des traditions intruses se sont installées et viennent d’être rajoutées aux coutumes religieuses. En Algérie par exemple, la journée demeure une journée du jeûne même si l’habitude est de fêter cela avec un repas copieux la veille, en Tunisie c’est aussi une journée commémorant la mort d’El Hussein (petit fils du prophète) tuée et décapité et c’est une journée de visite des défunts aux cimetières.

Pour les musulmans chiites, c’est une journée de deuil et de pèlerinage à la ville de Karbala où se trouve la tombe d’El Hussein et où les hommes marchent dans la rue et se frappent la poitrine et la tête pour exprimer leur peine, Sachant que cette pratique demeure une question assez délicate entre les musulmans sunnites et les musulmans chiites vu le hadith du prophète Mohamed qui nous recommande de ne pas exagérer dans la démonstration du deuil en disant dans un hadith du Sahih Al-Bukhari : « N’est pas de notre nombre celui qui se frappe les joues, se déchire les vêtements et crie comme le font les gens de la jahiliyyah (des jours de l’ignorance préislamique). »

Faites un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*