Le centre culturel égyptien de Rabat se souvient d’Oum Kalthoum

News et informations arabes - Firdaous.com

Mercredi 24 février, le centre culturel égyptien de Rabat a offert une belle soirée aux spectateurs, en organisant une soirée spéciale Oum Kalthoum., à l’occasion du 35ème anniversaire de sa disparition. Le temps d’une soirée, la diva égyptienne est revenue éblouir l’assistance de sa belle voix et de ses chansons connues de tous. Plusieurs personnalités étaient conviées à cette soirée, dont M. Abbas Jirari, conseiller auprès du roi marocain. Un film a été diffusé montrant le voyage de la diva à Fès en 1965.

Oum Kaltoum serait née entre 1898 et 1908, sa date de naissance n’ayant jamais été connue. Elle grandit dans une famille pauvre qui a déjà deux enfants : une fille, Sayyida et un fils, Khalid. La mère est femme au foyer et le père, imam. La chanson, Oum Kalthoum la découvre pourtant avec son père, qui pour gagner un peu d’argent, chante des chants religieux lors des fêtes.

A dix ans, elle intègre la petite troupe de cheikhs de son père, déguisée en garçon. Quelques années plus tard, elle se faire remarquer par Cheikh Abou El Ala Mohammed et Zakaria Ahmed, respectivement chanteur et joueur de luth. Ils l’encouragent à les suivre au Caire. A seize ans, elle quitte sa ville natale pour la capitale égyptienne, et commence à chanter dans des théâtres de petite envergure, mais déguisée en garçon.

Elle rencontre alors Ahmed Rami, poète, qui est subjugué par sa voix et qui ira jusqu’à lui écrire plus de 130 chansons, et Mohammed El Qasabji, qui lui procure la possibilité de se produire au Palais du théâtre arabe. Ses premiers succès arrivent au point qu’en 1932, elle fait sa première tournée qui l’emmène dans plusieurs grandes villes arabes comme Damas, Bagdad, Beyrouth, Tripoli…

A partir de 1936, elle apparait dans quelques films comme Weddad ou encore Salama ou Fatma. En 1953, elle se marie avec Hassen El Hafnaoui, son médecin. Ce qui ne l’empêche pas de continuer à se produire dans le monde. Elle donne ainsi un concert mémorable à l’Olympia de Paris, en novembre 1967 et reçoit les félicitations du président français Charles de Gaulle.

C’est à cette période qu’elle commence à souffrir de néphrite aiguë. Son dernier concert aura lieu en 1973 en Egypte. Deux ans plus tard, le 3 février 1975, elle décède, laissant des milliers de fans abattus. Ses funérailles ont rassemblé une foule immense : il y aurait eu près de 3 millions de personnes.

Oum Kalthoum n’a eu de cesse de donner des concerts de solidarité, d’aider les plus pauvres et de s’attacher aux causes qui lui semblaient justes, vivant toujours de manière très simple.

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*