Rabat se souvient d’Abdellatif Laâbi

News et informations arabes - Firdaous.com

La ville de Rabat, au Maroc a rendu hommage et a salué le talent du poète Abdellatif Laâbi, mercredi 24 février. Cette initiative est due au Conseil de la ville, la faculté des lettres et de sciences humaines d’Agdal et la bibliothèque nationale du royaume marocain.

Tour à tour, de nombreuses personnalités de la scène politique et culturelle de la ville de Rabat, ont salué le travail de ce poète Marocain qui avait obtenu un prix Goncourt. Ainsi, M. Fatthallah Oualalou, maire de Rabat a précédé M. Abderrahim Benhada, doyen de la faculté des lettres et des sciences humaines, le poète Rachid El-Mimouni ou encore le chercheur Charah Eddine Majdouline.

Né à Fès en 1942, Abdellatif Laâbi a été le fondateur de la prestigieuse revue Souffles. Il a fait des études de lettres françaises à l’université de Rabat, ce qui débouchera sur un poste d’enseignant de langue française dans un lycée.
La revue Souffles qu’il lance en 1966 marque un tournant. Carrefour de culture et de textes maghrébins, cette revue tiendra le temps de vingt-deux numéros de langue française et huit de langue arabe.

Suite à une manifestation pacifique d’enfants et de parents, violemment réprimée, Abdellatif Laâbi s’engage dans le parti pour la libération et le socialisme, avant de fonder en 1972, le mouvement clandestin Ila Al amame.
Condamné à dix ans de prison en 1973 pour complot, il est enfermé à Kénitra. Libéré en 1980 suite à des pressions internationales, il restera cinq ans au Maroc avant d’aller en France. Il a eu trois enfants.

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*