Karima Skalli et Marcel Khalifa rendent hommage à Mahmoud Darwich

Lors de la 31e édition du Moussem culturel international à Assilah dédié à Mahmoud Darwich, la chanteuse marocaine Karima Skalli et le chanteur libanais Marcel Khalifa ont rendu, le 9 août passé, un vibrant hommage au poète palestinien Mahmoud Darwich mort il y’a un an. Rami Khalifa, le fils de Marcel Khalifa, était aussi sur scène pour accompagner son père dans ce touchant hommage.

Plusieurs intellectuels, artistes et amis de ce grand poète que fut Mahmoud Darwich étaient conviés à assister au Moussem. Ainsi, tout au long des soirées, les témoignages d’affection se sont succédés, ainsi que la lecture de poèmes et l’évocation d’anecdotes. Ce triste anniversaire, a été l’occasion de donner le nom de « Mahmoud Darwich » à un nouveau jardin d’Assilah. Né le 13 mars 1941 à Al-Birwas (Palestine), Mahmoud Darwish effectue ses premières années d’école primaire à Dair Al-Assad, s’en va ensuite à Kufur Yasif avant de rejoindre Haïfa. Il publie à l’âge de dix-neuf ans son premier recueil de poésie, intitulé « Assafir bila ajniha ».

En 1961, il est rédacteur adjoint du journal Al-fajr. En 1964, il publie le recueil de poésie « Awraq Al Zeitoun » qui le fait connaître dans le monde entier. En 1970, il s’installe à Moscou où il étudie l’économie politique. Un an plus tard, il va au Caire où il rejoint le quotidien Al-Ahram. Deux ans plus tard, il est à Beyrouth où il s’occupe du mensuel Shou’oun Filistiniya. En 1981, il lance son propre journal littéraire « Al-Kamal ».

Membre de l’OLP, plusieurs fois emprisonnés pour ses poèmes qui réclament sans cesse la liberté des palestiniens et qui créent leur souffrance, journaliste chevronné, Mahmoud Darwich est une figure incontournable de la poésie Arabe. Mort le 9 août 2009 à Houston, il a reçu des obsèques nationales à Ramallah où il est enterré.

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*