Situation de l’éducation dans le monde arabe

Divers - Firdaous.com

Au début de l’année, était publié le rapport de la Banque Mondiale qui a classé la Jordanie et le Koweït comme les pays les plus « réformateurs de l’éducation » dans le monde arabe. Chose peu étonnante si on y réfléchit bien puisque le Koweït mise depuis longtemps sur l’éducation comme le meilleur moyen de réussite, ainsi, l’était koweïtien n’hésite pas à tout mettre en place pour fournir aux élèves tous les atouts nécessaires dans le but d’une éducation réussie. Il en va de même pour la Jordanie qui est beaucoup plus avancée an matière d’éducation que ses voisins.

La palme d’or revient dont à la Jordanie et au Koweït. Un peu plus bas dans ce classement, on peut voir entre autre l’Egypte, l’Iran et le Liban. Ce dernier pays, fragilisé par les conflits de ces deux dernières années, essaie vaillamment d’accorder à l’éducation toute la place qu’elle mérite.

Dans la dernière catégorie du classement de la Banque Mondiale, se trouvent pêle-mêle le Yémen, Djibouti, le Maroc mais aussi l’Irak, qui enlisée dans des guerres et des conflits depuis des années, semblent avoir du mal aujourd’hui à mettre en place un véritable projet éducatif.

Le système éducatif algérien quant à lui est en plein chantier : depuis deux ans, le ministère de l’éducation travaille sur un nouveau programme et de nouvelles approches éducatives, dans le but, de moderniser l’ancien système éducatif, afin d’aboutir à des programmes et des conceptions plus adaptés aux besoins d’aujourd’hui. Assez critiqué par les professeurs et les élèves, qui n’ont pas hésité à faire plusieurs grèves au courant de l’année, le ministère compte tout de même poursuivre dans sa voie, et faire d’autres modifications.

Sous d’autres cieux, et avec d’autres moyens, on peut faire un crochet vers Dubaï, qui a créé la plus grande fondation pour l’éducation du monde arabe, ou autrement dit la fondation Mohammed Ben Rachid Al-Maktoum. Sont prévus pour cette Fondation, des recherches en matière de développement de l’éducation, d’analyse de situations, de mise en place d’actions visant à encourager la jeunesse arabe et luttes contre les déficits rencontrés dans le monde arabe, toujours en matière d’éducation.

Entre réformes et stagnation, la situation de l’éducation dans le monde arabe semble évoluer en dents de scie, au gré des envies et des conflits.

Faites un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*