Karima Skalli, invitée d’honneur à Beiteddine

News et informations arabes - Firdaous.com

La chanteuse marocaine Karima Skalli a été nommée invitée d’honneur au festival Beitedinne du Liban, qui aura lieu dans la capital Beyrouth, du 11 juillet au 12 août. L’occasion de revenir sur le parcours de celle qui a été récemment élue ambassadrice de la chanson marocaine à Damas en Syrie.

Karima Skalli est née en 1963 à Casablanca, au maroc. Sa grand-mère lui transmet quelques notions rudimentaires. Son père, étant enseignant de langue arabe, lui permet d’avoir un excellent niveau et de maîtriser les sonorités de cette langue. Après des études de commerce et de comptabilité, elle se marie et devient même mère. Mais la musique étant une vraie passion pour elle, elle décide de s’y consacrer plus activement. Elle ira alors au Conservatoire de Marrakech où elle fera ses premiers débuts, avec des concerts et des spectacles. Ceci ne suffit pas à la révéler au public et il faudra attendre l’émission de la TVM Muzika pour qu’elle connaisse un premier succès.

Tout se passe dans les années 90. Karima a alors la trentaine, lorsqu’on lui propose de passer à la télévision. Elle accepte mais ne connaît pas tous les détails de ce passage. Elle ignore ainsi que TVM Muzika est en fait un concours. Et surtout elle ne sait pas que quelques mois après sont passage, elle obtiendra le prix d’excellence de chant arabe. Une première victoire qui la confirme dans son désir et sa passion de toujours : le chant arabe.

Un premier succès donc, qui lui ouvre quelques portes. Mais il en faut encore un peu plus pour pouvoir être une vraie artiste. Une rencontre va permettre ce miracle, celle avec le luthiste Saïd Chraïbi. Ce dernier, avait écouté Karima chanter une chanson de Zakaria Ahmad, un célèbre compositeur égyptien. Il ne manquait plus à Karima et à Saïd que des textes. A peine le problème est-il soumis, que la solution apparaît sous le nom d’Abderrafii Jouahri, un poète qui est connut pour avoir écrit certains grands classiques dans la chanson marocaine.

En 1999, Karima n’est plus une jeune artiste qui débute mais bel et bien une chanteuse concidérée comme accomplie par un large public marocain qui la soutient. Elle a alors son premier succès étranger, lors du 25e festival de la Goulette à Tunis où elle interprétera un magnifique répertoire en compagnie d’un virtuose irakien, nommé Nacir Chama.

Mais Karima a encore besoin de se forger une identité artistique, quelque chose qui la distingue des autres, qui en fait un personnage populaire auprès de son public. Elle n’aura besoin de rien faire : sa grande sensibilité semble être son atout majeur, ainsi que sa passion pour la princesse Asmahane.

La chanteuse est intransigeante sur son avenir de chanteuse: pas de chansons ou de disques à l’aveuglette qui se vendront bien mais qui ne marqueront pas les esprits. Elle désire absolument faire de l’art et non pas du marketing. En attendant, elle transporte – et transpose- la musique marocaine partout dans le monde.

Un commentaire sur “Karima Skalli, invitée d’honneur à Beiteddine

  1. madame karima skali a besoin toujour d une vrait orchestre et surtout de ne jamais chanter. les chansons d aujourd huit .elle doit rester dans son styl et tompi our le reste, c est une chanteuse tres retmique , les ritme sur les qu elle elle chante font d elle une autre vedette de la chanssons arabe chapeau chere karima et bonne chance .bien a vous HASSAN.B

    Votez : (0)(1)

Faites un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.