Elias Khoury en finale pour le Prix du Roman Arabe

News et informations arabes - Firdaous.com

Le Prix du Roman Arabe récompense chaque année un romancier pour son ouvrage. Très attendu, il est l’occasion de mettre sur un même pied, tous les romanciers arabes. En dehors, du prestige qu’il donne à un écrivain, il le dote également d’un pris de 15.000 €. Il est organisé grâce au Conseil des Ambassadeurs Arabes en France et l’Institut du Monde Arabe.

Au départ ils étaient 16 à avoir été présélectionnés mais aujourd’hui, a été faite l’annonce des trois finalistes qui restent : Hubert Haddad, Sahar Khalifa et Elias Khoury. Ce dernier, est un Libanais bien connu du monde littéraire avec son roman « Comme si elle dormait » qui parle de Mélia, une jeune beyrouthine qui a un étrange pouvoir : elle voit en rêve les événements du passé et de l’avenir. Ce roman parle du destin de deux familles, rêvé en trois nuits.

Né en 1948 dans la capitale libanaise, Elias Khoury grandit dans une famille à revenus moyens. Âgé de moins de 20 ans, il décide d’aller visiter un camp de réfugiés palestiniens en Jordanie. Touché par ce qu’il avait vu il devient membre du Fatah. Trois ans après son arrivée en Jordanie, il part s’installer à Paris où il poursuit ses études et écrit un mémoire sur la guerre civile libanaise (de 1860).

Mais il ne peut rester indéfiniment loin de son pays et la situation en Palestine continuant à le concerner, il retourner au Liban en tant que chercheur au centre de recherche de l’Organisation de Libération de la Palestine basé à Beyrouth. Mais très vite, la guerre civile de 1975 éclate. Il perd un certain temps la vue.

Il montre toute l’ampleur de son engagement dans le journal Shu’un Filastin dont il a été le rédacteur en chef de 1975 à 1979. Il travaillera dans plusieurs autres journaux, notamment avec le célèbre poète Mahmoud Darwish.

Cet écrivain qui écrit en arabe classique, a vu ses œuvres être traduites en français, anglais, allemand, italien, suédois et même en hébreu !

Ce n’est que le 14 avril à 13h que le suspense cessera et qu’on connaîtra enfin le nom du nouveau lauréat du Prix du Roman Arabe. Gageons qu’il saura faire honneur au Monde Arabe.

Faites un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*