La céramique colorée dans le monde arabe

Art et culture - Firdaous.com

Depuis quelques années on assiste à un engouement incroyable pour la céramique et le verre coloré. Que se soient des objets de décoration pour les salons, les chambres ou encore les salles de bain, on les choisit en céramique ou en verre et très coloré. Le rouge flirte avec le bleu foncé, le vert et la couleur or se marient. Ainsi, dans les marchés et même dans les magasins de souvenirs on peut trouver de minuscules verres à thé décorés d’étoiles argentées qui font face à des bibelots en céramique jaune poussin.

Mais qu’est ce que la céramique ?

Le terme céramique sert à appeler les objets dont la constitution première n’est faite pratiquement que de terre cuite ou d’argile. Il existe plusieurs sortes de céramique, dont l’une d’elle est la céramique esthétique qui est très utilisé par les artistes, un peu partout dans le monde. La céramique dans le monde arabe est issue de générations d’utilisateurs, puisque de tout temps elle a été un moyen de fabriquer et même de créer des objets pas ou peu chers. De plus, la céramique étant facile à travailler et à décorer par rapport à la faïence ou à la porcelaine, elle était plus accessible et plus intéressante à travailler.

La céramique colorée semble plus relever d’une certaine philosophie, d’un mode de pensée qui irait vers le bonheur, le plaisir de vivre, d’utiliser au quotidien des objets gais et attrayant. Avec un monde pas toujours « rose » et une situation politique plus ou moins instable, elle vient comme un moyen d’évasion et d’espérance. Le côté économique aussi a une grande utilité, en produisant des objets peu chers, tout en n’omettant pas le côté artistique et esthétique, le monde arabe exporte plus facilement ses produits à un monde occidental souvent avide de choses exotiques et colorées.

Malheureusement, les artistes dans le monde arabe restent peu nombreux à être reconnus et à bénéficier de subventions et d’aides de la part des Etats. Pourtant, les pays Arabes sont d’une richesse quasiment inépuisable de par leur passé souvent violent mais plein de passions, et d’un présent difficile mais étonnant de diversités culturelles.

Des solutions existent, comme les aides pour tout nouvel artiste, les locaux de formation qu’il faudrait ouvrir un peu partout et non pas seulement dans les grandes villes, les concours d’art internationaux à multiplier afin de dénicher les jeunes talents qui se cachent un peu partout.

Faisons le vœu que pour 2008 le Monde Arabe retrouvera sa place dans le domaine de l’Art.

Faites un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*